Gestion durable des rivières

fritillaire.jpgL’un des objectifs du syndicat mixte de rivière Cérou Vère est de réhabiliter les cours d’eau sur son territoire. Cette opération a pour but une restauration « écologique » de la rivière et des ses berges par des techniques forestières et des interventions adaptées à la rivière.

Materiel et outils.pdf Materiel et outils.pdf

Cette gestion se veut durable, elle doit permettre une régénération de la ripisylve (1) dans son rôle de réservoir de biodiversité floristique et faunistique (essences adaptées, faune rivulaire, oiseaux, …) mais aussi du milieu aquatique (amélioration de l’habitat, biodiversité, gestion patrimoniale piscicole,…).

 (1) Ripisylve: Naturellement la berge est composée d’une végétation rivulaire diversifiée : herbacées, buissons, arbustes, arbres,… ainsi elle constitue ce que l’on appelle une « Ripisylve »: (ripi – rive et sylve(a) – forêt).

Une gestion de «l’espace rivière» qui tient compte des activités humaines !

fastrac.jpgpassepoissonw.jpg


fritillaire.jpgUne Berge Idéale

ripisylve.jpg

Les espèces invasives

fritillaire.jpgLes bassins du Cérou et de la Vère n’échappent pas comme la plupart du territoire français à l’introduction d’espèces animales ou végétales: Il s’agit le plus souvent d’organismes introduits par l’homme, soit volontairement, dans une perspective économique ou esthétique, soit accidentellement.

Certaines espèces posent  quelques problèmes: le ragondin, les écrevisses américaines (3 espèces) et dans une moindre mesures la rénouée du Japon ( recensée quasi exclusivement dans l’agglomération Carmausine , et ponctuellement à Monestiés).

le syndicat de rivière intervient sur 2 espèces: la rénouée du japon et le ragondin

objectif de l’intervention concernant la renouée: maitriser son développement en la « mettant à l’ombre », en effet dans cette situation elle a des difficultés pour proliférer ( un fauchage pendant plusieurs année a réussi a maitriser pas mal de foyers). (voir affiche ci contre pour plus de détails sur la rénouée)

objectif  de l’intervention concernant le ragondin : maitriser sa prolifération sur certains secteurs le plus impactés (berges fragilisées) et notamment sur les secteurs dans lesquels le syndicat réalise des plantations ( bouture de saules, jeunes plants d’aulnes ou de frênes…); le ragondin « grignote » les jeunes plants et empêche la revégétalisation des berges. Le piégeur agréé de l’équipe du syndicat de rivière après déclaration en mairie, dépose des pièges et des panneaux d’informations sur le terrain ( attention les pièges ne doivent pas être manipulés ils sont dangereux).  (voir affiche ci contre pour plus de détails sur le ragondin)


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×